Comment devenir un meilleur manager

Du flop au top… manager


17.09.2019

Personne ne naît manager. La gestion d'une équipe exige beaucoup de compétences spécifiques. Les six conseils qui suivent vous aideront à progresser.

On entend beaucoup parler du ‘leadership naturel’. Le terme RH laisse entendre que la gestion d’une équipe est un jeu d’enfant. Ce n’est pas le cas du tout, apparemment. « Seuls quelques-uns sont de bons managers par nature », souligne Meredith Van Overloop, manager et senior business coach chez Triangis. « Le leadership est un processus d’apprentissage. N’importe qui peut s’améliorer. »

Soyez conscient de votre style de communication

Un bon manager ose se regarder avec ouverture d’esprit. « Diriger nécessite une conscience de soi suffisante », dit la coach d’entreprise. « Soyez conscient de vos propres schémas d’interaction. Votre façon de communiquer a un impact sur votre équipe. Essayez de définir les points forts et les faiblesses de votre style de communication. Personne n’est parfait. Par exemple, un manager peut penser que sa façon enthousiaste et passionnée de parler a un effet extrêmement motivant, alors qu’en réalité, elle submerge peut-être tout le monde et conduit à l’immobilisme. »

« Sachez que vos paroles comme manager pèsent beaucoup plus lourd. Il faut du courage pour oser être honnête, tant pour les employés que pour les managers, mais cette ouverture est importante. Osez demander du feed-back et ajustez votre style de communication. »

Créez une culture de feed-back ouverte

Les managers qui osent demander eux-mêmes du feed-back donneront souvent aussi un meilleur feed-back. « Assurez-vous d’être accessible en tant que manager. Une ambiance sécurisante favorise une culture du feed-back ouverte : un climat de travail dans lequel les erreurs et les difficultés ne sont pas simplement punies ou dissimulées, mais peuvent faire l’objet de discussions ouvertes ».

Et pour ce feed-back, inutile d’attendre les entretiens annuels d’évaluation. « Tout garder pour soi jusqu’à ces moments officiels est un trop lourd fardeau. Lors des rencontres quotidiennes à la machine à café, vous pouvez également discuter de ce que vous appréciez ou de ce que vous aimeriez changer. Les moments de feed-back, tant formels qu’informels, sont importants. »

Optez pour la diversité

« Des études ont montré que les équipes prônant la diversité obtiennent de meilleurs résultats », explique le coach d’entreprise. À première vue, des équipes similaires peuvent sembler mieux assorties et travailler plus efficacement, mais à long terme, c’est le contraire qui se produit. « Elles apportent moins de créativité et d’innovation parce qu’elles pensent de la même façon. Laissez d’autres visions s’exprimer. »

« Constituez des équipes respectant la diversité, non seulement en termes de sexe, d’origine et d’âge, mais aussi en termes de types de personnalité. Un manager extraverti qui attire des personnes plutôt extraverties obtiendra des résultats de plus en plus similaires. En incluant également dans l’équipe des personnes au caractère introverti, il obtient plus, simplement parce qu’il y a davantage de réflexion. Réunissez des caractères complémentaires et faites de la diversité une force. »

Ne considérez pas les conflits comme négatifs

Une équipe diversifiée permet d’obtenir de meilleurs résultats, mais elle augmente aussi le risque de conflit. « Apprenez aux membres de votre équipe, et pour vous-même, à considérer les différences d’une manière productive. Les conflits ne doivent pas nécessairement être problématiques. Ils permettent d’expérimenter la différence et, souvent, d’en retirer quelque chose de positif. Un conflit productif peut lui aussi ajouter de la valeur parce qu’il rassemble des opinions différentes. »

Portez autant d’attention à la raison qu’à l’émotion

Dans quelle mesure le lien avec vos collaborateurs peut-il être personnel ? Il s’avère que c’est la question par excellence que se posent de nombreux managers. « En tant que manager, vous devez être attentif aux faits, aux chiffres et aux procédures ainsi qu’à l’aspect humain et relationnel. Et de préférence aux deux de manière identique. J’aime comparer cela au poivre et au sel. Il faut un peu des deux, un bon équilibre est crucial. Se concentrer trop sur le relationnel gâche l’ambiance et porte préjudice à tout le monde : l’employé, le manager et l’entreprise. La clarté, la structure et des accords clairs et uniformes sont essentiels et apportent la sérénité. »

« Mais l’inverse est également vrai. La gestion dite « Excel », où tout est fixe et où l’humanité et la chaleur font défaut, ne permet pas non plus d’atteindre le résultat souhaité. Il s’agit de s’adapter en permanence : un délicat exercice d’équilibre qui exige une formation. »

Donnez confiance

En tant que manager, tenir fermement les rênes, ça ne marche pas. « C’est ce que nous appelons la théorie de l’autodétermination : les gens sont plus motivés lorsqu’ils sentent qu’ils ont un impact sur leur travail et sont responsabilisés. Vous voulez que vos collaborateurs prennent des initiatives ? Alors ne contrôlez pas les choses de façon excessive. C’est démoralisant pour eux si vous regardez trop par-dessus leur épaule. Accordez plutôt à vos employés une confiance intelligente – et non une confiance aveugle – au sein d’un cadre clair. »

 

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez les derniers conseils RH par mail !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez les derniers conseils RH par mail !