Les entreprises belges s’attendent à ce que leurs revenus reviennent au niveau antérieur à la crise endéans les six mois – 5 % pensent ne jamais s’en remettre


18.05.2020

Alors que le redémarrage économique suit son cours, le site d’emploi StepStone a demandé aux dirigeants d’entreprises belges d’évaluer les conséquences de la crise ainsi que de partager leur plan de reprise.

D’ailleurs, 66 % d’entre eux ont un plan de reprise prêt ou en phase finale. Le travail à domicile y occupe une place importante. En revanche, la perspective d’une reprise de l’activité à un rythme similaire à celui d’avant la crise s’annonce compliquée pour beaucoup. Dans cette étude, StepStone a également examiné les plans de recrutement de l’après-crise à travers les réponses de plus de 700 cadres du pays.

 

Forte détérioration du chiffre d’affaires mensuel et de la productivité : seulement 50 % des chiffres antérieurs à la crise

D’une manière générale, 54% des managers belges déclarent que leur entreprise a connu une (forte) détérioration des résultats due à la crise du COVID-19 – seuls 8% mentionnent un effet positif de la crise.

Les secteurs particulièrement touchés sont les ventes et achats ainsi que l’ingénierie. En revanche, le secteur des technologies de l’information affiche un statu quo, tandis que le secteur de l’industrie et de la construction connaît une évolution plus positive. 

Le chiffre d’affaires mensuel des entreprises a été fortement touché au cours des derniers mois. En moyenne, les revenus financiers mensuels des entreprises belges ont été réduits de moitié à cause du COVID-19 (-51%) – avec une tendance similaire pour la productivité de leur entreprise (-49%).

 

Les revenus et la productivité devraient revenir aux niveaux d’avant la crise endéans les six mois – 5 % des entreprises pensent ne jamais s’en remettre

Il faut au moins six mois pour que la plupart des entreprises retrouvent le niveau de revenu et de productivité antérieur à la crise du Coronavirus. Selon plus d’un quart des cadres belges (26 %), il faudra entre 3 et 6 mois pour un retour à la normale.

Nous avons également pu constater que 20 % des personnes interrogées s’attendent à ce qu’une évolution se produise entre le redémarrage économique actuel et une période de deux mois tandis que 21% pensent qu’il faudra environ un an. Malheureusement, nous notons aussi que 5% des managers belges pensent que leur entreprise ne se remettra pas de la crise.

 

Les managers ont besoin de plus de tests, d’un soutien financier et de la réouverture des écoles  

Pour soutenir les entreprises dans leur reprise, StepStone a demandé aux dirigeants de quelles aides ils auraient besoin en priorité. Sont mentionnés l’augmentation des tests de dépistage des anticorps pour les employés (35 %), des liquidités et des mesures financières supplémentaires fournies par le gouvernement (24 %) ou encore la réouverture des écoles (23 %).

L’expansion ou la réouverture du réseau de transport public ne semble pas cruciale aux yeux des répondants (80 % ont déclaré que ce n’était pas une priorité), probablement en raison du développement de travail à domicile.

 

La plupart des entreprises a déjà un plan de reprise de l’activité – dans lequel le travail à domicile joue un rôle fondamental

Un cadre belge sur trois a déjà un plan de reprise d’activité (35 %) ou dispose d’un plan en phase finale (35 %). La plupart des stratégies prévoit clairement la poursuite du travail à domicile (70 %). D’autres facteurs cités sont la garantie et l’application des politiques de santé au travail (68%) et la distanciation sociale (66%). Il est intéressant de noter que 8% ne prendront aucune mesure spéciale pour leur retour en entreprise.

Plus de la moitié (62 %) investira également dans des plans de gestion de crise afin d’éviter une situation similaire à l’avenir, bien que cela ne soit pas une priorité immédiate pour eux. Ici aussi, le travail à domicile est l’élément le plus important mentionné et 57 % investiront dans l’expansion du travail à domicile et de l’infrastructure numérique dans les mois à venir.

 

1 personne sur 5 commencera à recruter immédiatement – un quart des cadres pense attendre au moins un an

Dans le plan de reprise de l’activité, tous les dirigeants ne s’attendent pas à une croissance immédiate de leur entreprise. Seul un sur cinq (21 %) commencera à recruter immédiatement, tandis que 20 % attendront 3 à 6 mois. En revanche, pour plus d’un quart des managers interrogés (26 %), il faudra au moins une année complète avant qu’ils ne commencent à recruter de nouveaux employés de nouveau.

 

Méthodologie

StepStone a répondu à cette enquête le jeudi 14 mai 2020. Comme l’étude est un instantané de la situation actuelle de milliers de salariés belges, ces données sont sensibles au temps et la situation peut changer. Nos analystes ont passé les données au crible pour s’assurer que la représentation et la validité des réponses des répondants soient exactes. Au total, 720 questionnaires ont été rempli par des cadres belges en néerlandais, français et anglais.

Des questions ? Contactez :
Virginie Nazon ou Killian Cramers
+32 475 37 46 41 ou +32 2 209 97 44
killian.cramers@stepstone.be