Quels sont vos points faibles ?

Voici comment répondre à cette question !


10.08.2020

Parler de ses faiblesses n’est pas facile. Et certainement pas lors d’un entretien de sollicitation. Avant de répondre, lisez certainement ce qui suit.

Ce que le recruteur veut savoir

« Quels sont vos points faibles » est un classique des entretiens d’embauche. Mais pourquoi les recruteurs veulent-ils absolument connaître la réponse à cette question ?

En réalité, la personne qui mène l’interview veut savoir qui vous êtes et si votre personnalité coïncide avec la culture d’entreprise. Lors d’un entretien de sollicitation, reconnaître que vous avez aussi des côtés moins reluisants témoigne surtout d’une certaine connaissance de soi et atteste que vous êtes disposé à vous améliorer. Personne n’est parfait …

 

L’honnêteté est un gage de durabilité

Être honnête est donc primordial, bien que vous ne deviez pas exposer chacun de vos points faibles. Évaluez judicieusement ce que vous dites : quelles caractéristiques sont pertinentes et peuvent être présentées comme points d’amélioration, plutôt que comme points faibles auxquels on ne peut rien changer.

 

Abandonnez les clichés

Travailler trop dur, être trop perfectionniste ou trop impliqué, ce sont des réponses que les recruteurs ont déjà entendu des dizaines de fois. Il faut donc absolument les éviter car elles ne reflètent aucune authenticité.

Ne rien répondre n’est pas une bonne idée non plus. Les employeurs ne sont pas friands pour leur équipe d’une personne ne sachant pas reconnaître ses erreurs occasionnelles.

 

Connaissez vos imperfections …

Si vous n’avez réellement aucune idée de vos points d’amélioration, posez la question à votre entourage. Vos collègues, vos amis, votre famille pourront certainement vous renseigner. Vous trouvez également des tests de personnalité en ligne comme le test SWOT (disponible en néerlandais), le test Big Five ou le test MBTI qui permettent d’y voir plus clair en vous et en votre fonctionnement.

 

… et sachez comment y faire face

La connaissance de soi, ce n’est pas seulement connaître ses faiblesses, c’est aussi savoir comment les gérer. En anticipant les situations plus difficiles, en adaptant votre comportement, en vous formant, …

Vous ne pouvez évidemment pas changer votre personnalité, mais des changements subtils suffisent parfois à transformer vos moins bons côtés en quelque chose de positif. Il est également important de faire référence à ce message positif lors de votre entretien d’embauche.

 

Structurez votre réponse

Votre réponse est idéalement composée de trois parties : une description de ce que vous considérez comme point faible chez vous, l’impact de cette caractéristique sur votre job et comment vous la limitez ou la transformez en un élément positif.

 

Quelques exemples de points faibles

Comment formuler une réponse positive à la question relative aux points faibles ? Voici quelques exemples pour vous aider.

 

  • Difficultés à respecter les deadlines

« J’éprouve parfois des difficultés à évaluer le temps exact nécessaire pour terminer quelque chose. C’est pourquoi, à la fin d’un projet, je dois souvent mettre les bouchées doubles pour respecter le délai.

J’ai abordé le problème avec ma manager précédente. Elle m’a recommandé de subdiviser mes projets en parties plus petites et m’a appris à utiliser un outil de planification en ligne. Cela me permet de travailler beaucoup plus efficacement. À présent, il m’arrive même parfois de terminer plus tôt que prévu. »

 

  • Déléguer le travail

« J’ai tendance à toujours vouloir tout prendre en main, jusque dans les moindres détails. Étant donné que j’ai du mal à déléguer, il m’est arrivé de ne pas pouvoir achever mon travail et même d’en être épuisé. J’ai réalisé que j’avais du mal à lâcher prise car je ne fais pas suffisamment confiance aux autres. Dans le passé, déléguer le travail avait eu pour conséquence des erreurs faites par autrui.

J’ai résolu cela en rédigeant un briefing bien clair que peuvent consulter les collègues à tout moment. Je peux ainsi déléguer le travail, tout en ayant la garantie que tout est fait correctement. »

 

  • Manque de confiance en soi

« En tant que débutant, je manquais parfois de confiance en moi. Je me focalisais sur ce que je ne savais pas faire et je n’osais que très rarement exprimer mon opinion lors des réunions. Un collègue m’a conseillé d’écrire chaque jour ce que j’avais effectivement mené à bien.

Cela m’a permis d’avoir une meilleure vision de mes forces et d’avoir petit à petit davantage confiance en moi. En partie grâce à ma contribution, notre équipe a développé un nouveau processus de travail, qui nous permet aujourd’hui de traiter les commandes beaucoup plus efficacement. »

 

 

Les offres d'emploi les plus récentes