La qualité de votre sommeil est cruciale pour votre recherche d’emploi !

Annelies Smolders, spécialiste du sommeil, nous révèle comment vous pouvez, vous aussi, améliorer vos performances.


13.05.2019

Il nous arrive tous de temps en temps d’être éveillés dans notre lit. Pourtant, dormir mal n’est pas inoffensif. « Une seule nuit moins bonne vous fera perdre 32 % de vos performances le lendemain », explique Annelies Smolders, psychologue et spécialiste du sommeil chez starttosleep.be. « Vous faites plus d’erreurs, prenez plus difficilement des décisions... Bref, vous êtes moins efficace au travail. Il y a de fortes chances que vous vous mettiez au lit plus stressé ce soir-là et que vous passiez à nouveau une mauvaise nuit. On se retrouve vite pris dans ce cercle vicieux du mauvais sommeil. »

Sommeil et burn-out

Annelies Smolders

Et c’est exactement ce cercle vicieux qui pourrait vous empêcher de trouver l’emploi de vos rêves. Parce qu’une mauvaise journée nous arrive à tous, mais une succession de mauvaises journées, c’est autre chose. « Le stress est le principal déclencheur du burn-out, le manque de sommeil vient en deuxième position », dit Annelies Smolders.

« Le manque de sommeil augmente le risque d’anxiété et de dépression de 40%. Bien sûr, il est important de travailler sur la résilience mentale, mais tant que vous ne dormez pas bien, vous avez l’impression de passer la serpillière avec le robinet ouvert. En vous concentrant à la fois sur le jour et la nuit, vous obtiendrez des résultats beaucoup plus rapidement. » Et heureusement, vous pouvez faire beaucoup vous-même.

Ne vous couchez pas trop tôt

Cela peut sembler contradictoire, mais se coucher tôt ne vous permet pas nécessairement de vous lever en pleine forme. « Beaucoup de gens se mettent au lit trop tôt », souligne la spécialiste du sommeil. « Ils calculent le nombre d’heures de sommeil dont ils pensent avoir besoin, puis restent éveillés dans leur lit pendant des heures. Écoutez votre horloge interne au lieu de lire l’horloge murale. »

« Beaucoup de gens n’ont pas vraiment de problème de sommeil, mais se glissent simplement sous les draps trop tôt. N’allez pas au lit avant d’avoir sommeil. Parce que plus vous restez éveillé dans votre lit, plus vous risquez de vous y habituer. »

CONSULTEZ NOS MILLIERS D’OFFRES D’EMPLOI & TROUVEZ LE JOB DE VOS RÊVES!

 

Levez-vous

La règle la plus importante qu’Annelies enseigne à ses clients pendant ses exercices du sommeil est : ne restez jamais éveillé dans votre lit. « Notre cerveau est extrêmement conditionnable et considèrera rapidement le fait de rester éveillé dans son lit comme une partie normale du sommeil. À la longue, le sommeil de mauvaise qualité devient alors chronique.

Vous êtes éveillé dans votre lit depuis plus de 20 ou 30 minutes ? Levez-vous. Vous êtes de toute façon réveillé. Au lieu de vous énerver, faites plutôt quelque chose qui remplit votre tête de pensées neutres et qui provoque de la somnolence. Allez regarder une série sur Netflix, lisez un livre… Repassez la journée en revue, même si c’est le milieu de la nuit. Vous sentez que vous commencez à avoir sommeil ? Glissez-vous dans votre lit. Même si vous n’avez pas assez dormi cette nuit-là, vous aurez eu une partie de sommeil profond, ce qui vous fera vous sentir plus frais le lendemain. »

Attention aux siestes

C’est tentant de faire une sieste après une mauvaise nuit. Pourtant, ce n’est pas toujours une bonne idée. « Pour les bons dormeurs, une sieste l’après-midi peut faire des miracles : vous vous sentez plus énergique après la sieste, plus performant, plus concentré… Mais la sieste est déjà une avance sur vos prochaines heures de sommeil. Vous remarquez que cela sabote votre sommeil nocturne ? Alors évitez de faire la sieste. Et pour les mauvais dormeurs, la sieste de l’après-midi est totalement à proscrire. »

SOS horaires décalés

Il va sans dire qu’un travail à horaires décalés rend le sommeil encore plus difficile. « Personne n’est fait pour un système de shifts », déclare la spécialiste du sommeil. « Notre horloge biologique aime la régularité. Cependant, les travailleurs en shifts peuvent aussi apprendre à mieux dormir. Je leur apprends à envisager leur sommeil différemment. Eux aussi doivent être à l’écoute leur état de somnolence. Se coucher tôt parce qu’il faut se lever tôt, cela ne sert à rien ».

Les siestes peuvent leur être utiles en revanche. « Les travailleurs en shifts dorment souvent de façon fragmentaire : un peu par-ci, un peu par-là. De courtes siestes les aident à avoir assez d’heures de sommeil au final. »

D’autres conseils d’Annelies :

  • Plus votre chambre est fraîche, mieux vous dormez. Une température de 18°C est idéale.
  • Une dose de caféine augmentera votre concentration, mais n’en faites pas trop. La caféine s’accumule dans votre sang et vous empêche de dormir. Essayez de ne plus boire de café l’après-midi.
  • Ne faites plus de sport trois heures avant d’aller dormir.
  • Allez au lit une heure plus tard pendant une semaine. Au bout de quelques jours à peine, vous remarquerez que vous aurez plus envie d’aller vous coucher et vous vous endormirez plus facilement. Après une semaine à ce régime, vous pourrez à nouveau relâcher la pression sur le sommeil.
  • Prenez un apéritif plutôt qu’un digestif. Boire de l’alcool juste avant d’aller au lit empêche un sommeil profond.
  • Ces conseils ne suffisent pas ? Alors, cette formation en ligne sur le sommeil est faite pour vous. Plus d’infos : starttosleep.be.

Suivez Annelies sur :

Trouvez le job de vos rêves

Vous êtes à la recherche du job de vos rêves ? Bonne nouvelle : StepStone vous aide !

Les offres d'emploi les plus récentes

Trouvez le job de vos rêves

Vous êtes à la recherche du job de vos rêves ? Bonne nouvelle : StepStone vous aide !