Comment se sentir plus solide face à l’insécurité de l’emploi


05.11.2020

Depuis pas mal d’années, l’insécurité de l’emploi ne fait que croître dans notre marché du travail. Plus aucun emploi ne semble sûr. Quand votre employeur se retrouve en situation de crise, ou qu’il y a des restructurations dans l’air, l’idée de perdre votre emploi peut avoir un effet paralysant. Une étude récente de StepStone indique d’ailleurs qu’1 employé sur 4 craint de perdre son emploi à cause de la crise persistante liée au coronavirus.

Voici quelques conseils pour traverser cette période d’incertitude professionnelle.

La vie amène de nombreux événements inattendus. Événements dont nous ne connaissons pas l’issue et qui, dès lors, nous remplissent d’inquiétude. Car l’insécurité fait monter le stress.

 

Tables des matières : 

 

 

Les rouages de notre cerveau

Mais pourquoi l’insécurité nous procure-t-elle autant de stress ? L’explication se trouve dans la plus petite et plus ancienne partie de notre cerveau, connue sous le nom de cerveau reptilien. Dans notre tête, l’insécurité est synonyme de danger. Quand le cerveau ne sait pas ce qui va se produire, il reste en alerte constante face à un danger potentiel.

Le cerveau reptilien nous envoie alors continuellement de nouvelles informations sur ‘la sécurité’ de notre environnement, conclusions et scénarios catastrophes compris – le tout se voulant une tentative de retrouver une sécurité. Dans une situation d’insécurité (de l’emploi), le cerveau reptilien prend le dessus sur le cerveau rationnel, ce qui résulte en un flux de pensées parfois peu réalistes.

 

Le stress lié à l’insécurité de l’emploi

Ce mécanisme de notre cerveau déclenche des réactions inattendues. Des recherches ont démontré, par exemple, que nous sommes moins nerveux quand nous nous attendons à ressentir une douleur que quand nous sommes face à l’incertitude. Juste parce que cette douleur, au moins, est une certitude.

De la même manière, les gens semblent réagir avec plus de stress à l’insécurité de l’emploi qu’à la perte réelle de leur emploi. Ceci explique peut-être pourquoi il y a plus de rotation du personnel dans les entreprises où règne une insécurité de l’emploi : nous cherchons à nous débarrasser de cette insécurité, ce qui nous fait anticiper en recherchant déjà un emploi dans une entreprise stable.

 

Vous perdez votre emploi, et tellement plus

L’inquiétude liée à une potentielle perte d’emploi porte sur bien plus que la perte de son poste de travail. Ce qui nous préoccupe aussi, c’est la perte de notre salaire et toutes ses conséquences potentielles, ou encore les possibilités de carrière que nous réserve l’avenir.

Comment allons-nous payer les factures ? Vais-je pouvoir encore offrir à mes enfants tout ce dont ils ont besoin ? Vais-je trouver des offres d’emploi intéressantes ? Est-ce que je parviendrai à me faire embaucher chez un nouvel employeur ? L’insécurité de l’emploi peut nous procurer du stress au point de nous faire craquer, jusqu’au burn-out ou la dépression, ou nous rendre physiquement malades.

Ne pas savoir, voilà le pire.

 

Mieux vivre l’insécurité de l’emploi : 7 conseils

C’est bien beau de savoir quels mécanismes sont déclenchés par l’insécurité de l’emploi dans notre cerveau. Mais que pouvons-nous réellement faire pour cesser de cogiter sur une potentielle perte d’emploi ?

Conseil 1 – Agissez. S’il y a de nombreux facteurs sur lesquels nous n’avons aucune influence, ce n’est pas le cas de tous. Vous pouvez imaginer un plan B, par exemple, pour vous préparer à l’étape suivante de votre carrière. Fixez-vous un moment chaque semaine pour scruter le marché du travail, remettre à jour votre CV, vous inscrire sur des sites d’emploi et lister les entreprises où vous aimeriez travailler. De quoi vous préparer mentalement à la recherche d’emploi et démarrer un nouveau chapitre de votre vie en étant bien préparé.

 

Conseil 2 – Restez réaliste. Si vous n’arrivez pas à bien gérer l’insécurité de l’emploi, vous serez plus pessimiste quant au futur de votre carrière. Considérez votre situation d’une perspective différente, et réalisez que votre avenir vous réserve au moins autant de possibilités positives que de scénarios négatifs. Autrement dit, essayez de désactiver votre cerveau reptilien au profit de votre cerveau rationnel et réaliste. Qui dit situation incertaine, dit nombreux horizons et possibilités. Si vous acceptez cette idée, votre confiance en l’avenir grandira.

 

Conseil 3 – Stressé.e ? Prenez soin de vous. Gardez la forme en dormant et bougeant suffisamment. Mangez sainement et buvez assez d’eau. La malbouffe, l’alcool et la nicotine sont néfastes pour votre santé physique, mais aussi pour votre humeur. À court terme, ils semblent alléger votre stress, mais à la longue, ils vous rendent encore plus sensible aux tensions et réduisent votre résistance.

 

Conseil 4 – Prévoyez des moments pour vous oxygéner. Quel que soit le niveau d’insécurité, de temps en temps, il faut pouvoir lâcher prise. Entreprenez de petites activités qui ont de quoi vous réjouir et vous rendent heureux.se : un peu de jardinage, une promenade, un bon film, un roman haletant, un projet de bricolage ou des expériences culinaires… De quoi vous procurer ces moments de repos dont votre tête a bien besoin.

 

Conseil 5 – Dites ‘stop’ aux cogitations. Il semble inarrêtable : malgré vous, le fil de vos pensées inquiètes se déroule sans cesse. Pourtant, il est possible d’entraver ce flux de cogitations. En en prenant conscience. En couchant vos pensées sur le papier. Ou en vous autorisant consciemment à cogiter à des moments bien déterminés – tout en essayant de l’éviter en dehors de ces moments.

 

Conseil 6 – Concentrez-vous sur l’autre. Pour donner à vos pensées un autre objet que vos propres incertitudes, il peut être utile de se concentrer sur quelqu’un d’autre. Essayez de trouver dans votre entourage une association ou une personne malade ou âgée qui pourrait avoir besoin de vous. Le contact avec les autres et leurs soucis vous fait remettre en perspective le reste. Par ailleurs, faire quelque chose de bien vous apportera une satisfaction réelle.

 

Conseil 7 – Acceptez que l’insécurité de l’emploi est inévitable. Si nous pouvons être sûrs d’une chose dans la vie, c’est de l’éternelle présence de l’insécurité. Le marché du travail est imprévisible, que cela vous tracasse à mort ou pas. Ne pas accepter cette insécurité, c’est renforcer son angoisse. Vous vous battez alors contre des moulins à vent, au lieu d’exploiter les opportunités – qui sont encore abondantes malgré l’insécurité. Si vous acceptez l’insécurité de l’emploi, vous vivrez votre vie plus calme et moins tendu.e.

Recevez notre newsletter remplie de conseils

Vous voulez rester informé des derniers conseils de carrière ? Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque semaine des conseils pour votre carrière.

Les offres d'emploi les plus récentes

Recevez notre newsletter remplie de conseils

Vous voulez rester informé des derniers conseils de carrière ? Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque semaine des conseils pour votre carrière.