Solliciter un emploi, une fois passée la cinquantaine : Marianne et Peter, tous deux 50 ans passés, ont cherché et retrouvé un nouvel emploi

Solliciter après la cinquantaine, la plupart préféreraient ne pas avoir à s'y mettre. Ces plus de 50 ans l'ont fait quand même : ils ont cherché et trouvé un nouvel emploi.
À 50 ans passés, Peter et Marianne ont été obligés de chercher un nouvel emploi. Ils ont réussi, malgré les préjugés qu'ont encore trop souvent les employeurs sur les plus de 50 ans. Nous les avons interrogés sur leurs expériences et avons aussi écouté l’avis de Nicolas Moerman, dont l'agence de travail intérimaire cible les retraités et les personnes de plus de 50 ans.

« Sollicitez de façon ciblée et n’abandonnez pas »

Marianne Bogaert

Marianne Bogaert (59 ans) – l’asbl où elle travaillait a été dissoute en 2011

Quand les subventions pour l’association où elle travaillait à l’époque ont été suspendues, Marianne a perdu son emploi en 2011. Tous les employés ont été licenciés et elle aussi, après plus de trente années de service, a dû se remettre à solliciter. « J’avais cinquante-deux ans, c’était la crise et je devais chercher un nouveau travail. C’était difficile, mais après deux ans, j’ai finalement trouvé un nouvel emploi dans le secteur public, en tant qu’experte en matière d’égalité des chances dans l’enseignement. »

 

La ‘candidate diversité’ de service

« Il y avait peu de postes vacants à l’époque et j’ai vite remarqué que pour certaines fonctions, poser sa candidature ne valait pas la peine. Je suis plutôt douée pour la rédaction, mais avec mon diplôme de travail social, on ne me trouvait pas qualifiée. C’est pourquoi j’ai commencé à postuler de façon très spécifique, pour des postes qui correspondaient vraiment à ce que je faisais bien et à ce que j’aimais faire. Curieusement, j’ai parfois dû entendre que j’avais « trop peu d’expérience ». Quoi qu’il en soit, au moins, j’ai toujours reçu une réponse. J’étais invitée à un entretien chez près d’un employeur sur trois. J’ai parfois eu l’impression d’être la ‘candidate diversité’ de service sans vraiment avoir une chance de décrocher le poste. »

 

30 % de salaire en moins

« Durant les entretiens, j’ai vite constaté qu’il y avait beaucoup de malentendus quant aux demandeurs d’emploi de plus de 50 ans. Les employeurs s’imaginent que vous n’avez plus beaucoup d’années devant vous… Je n’avais que 52 ans, bien loin des 65. Il n’est pas du tout correct de supposer que le travail ne nous intéresse plus à cet âge. Quand on aime son travail, on reste motivé jusqu’à la fin. Et puis bien sûr, il y avait la question du salaire : j’étais trop cher. Mes exigences salariales – pour autant qu’on puisse exiger quoi que ce soit quand on postule à 50 ans – sont donc assez rapidement passées à la trappe. J’ai dû renoncer à environ 30% de mon salaire, mais j’ai retrouvé un travail que j’aime vraiment. »

 

Ne sollicitez que les fonctions qui vous intéressent

« Après environ deux ans de sollicitations intensives, j’avais presque perdu espoir. Finalement, j’ai été engagée à mon emploi actuel par le biais d’une réserve de recrutement du gouvernement. Mon conseil aux plus de 50 ans ? Continuez à croire en vous et ne sollicitez que les fonctions qui vous intéressent vraiment. Une porte finit toujours par s’ouvrir. »

 

« Les plus de 50 ans savent parler de tout »

Peter Baetens

Peter Baetens (54 ans) – a perdu son entreprise suite à la crise

La crise financière a également eu de graves conséquences pour Peter. Il a perdu l’agence de communication qu’il avait fondé. « Le chiffre d’affaires a chuté de 75% et les coûts salariaux de 20 employés étaient trop lourds à supporter. Ma société a été vendue. J’ai encore travaillé quelques années avec le nouveau propriétaire mais finalement j’ai dû lâcher prise. »

 

Affronter les préjugés

« Je me suis ouvert à l’idée de travailler de façon contractuelle et j’ai posé ma candidature pour la première fois de ma vie. Mais 40 % de mes candidatures sont restées lettre morte. Quand j’avais une entrevue, ça se passait bien si je parlais avec le PDG, quelqu’un avec un certain degré de maturité. Sinon, j’étais souvent confronté à des préjugés sur mon âge ou sur ma carrière d’indépendant. J’étais considéré comme trop peu malléable, incapable de rendre des comptes à quelqu’un d’autre, plus capable de suivre, … Quantité de soi-disant vérités basées sur des généralités, alors que chaque individu est différent et unique. Je pense, bien au contraire, qu’une fois passée la cinquantaine et avec une mentalité d’indépendant, on a énormément à offrir à une organisation. On voit les choses avec une certaine distance, on a une vision holistique et on n’a pas peur de donner son avis. J’ai également beaucoup d’expérience dans l’image de marque des employeurs, mais même cette expertise était parfois considérée comme une menace plutôt qu’une valeur ajoutée. »

 

50 ans et aux entrées des entreprises

« Suite à ces expériences négatives, j’ai décidé de changer d’approche : je resterais indépendant et voulais trouver un partenaire commercial grâce à mon réseau. C’est ainsi que je suis entré en contact avec VMC-Select, un ancien client actif dans le recrutement et la sélection. Là, ce sont justement mes expériences personnelles antérieures qui m’ont permis d’apprécier leur approche personnelle. Je suis partenaire de la région d’Anvers depuis six mois maintenant, un travail dans le cadre duquel mon âge et mon expérience sont une valeur ajoutée. Je sais comment les gens travaillent, (se) cherchent et grandissent, je connais le petit monde des chefs d’entreprise et des PDG, je peux parler de tous les sujets qui les occupent. Grâce à mon expérience, mon point de vue est plus large : je ne juge pas les individus en fonction de leur âge, leur origine, leur diplôme, … mais de leur attitude vis-à-vis de la vie, leur vision et leur sincérité. Selon moi, les personnes de plus de 50 ans sont les plus aptes à être placées aux entrées des organisations. C’est une opportunité pour de nombreuses entreprises. »

 

Restez vous-même

« Mon conseil aux plus de 50 ans : restez qui vous êtes, fidèles à vos qualités et gardez votre confiance en vous. N’ayez pas peur de donner trop, car on obtient quelque chose en retour. J’ai ainsi rédigé des rapports complets que j’envoyais avec mes candidatures. Cela donnait aux employeurs une raison supplémentaire de m’inviter pour une entrevue. Et mettez à profit votre réseau, car seul c’est difficile. »

 

« La demande de plus de 50 ans est en hausse »

Nicolas Moerman

Nicolas Moerman (Nestor) voit la pénurie sur le marché du travail comme une opportunité pour les plus de 50 ans.

Il y a beaucoup de préjugés sur les plus de 50 ans, mais selon Nicolas Moerman, fondateur de Nestor, les entreprises ont de bonnes raisons de choisir consciemment des employés de plus de 50 ans. « Les plus de 50 ans ont une expérience de vie, une bonne éthique de travail, sont prêts à travailler à temps partiel, savent ce qu’ils veulent et apportent une forme de sérénité sur le lieu de travail. Ce sont ces raisons qui poussent les employeurs avec qui nous travaillons à choisir consciemment un employé de plus de cinquante ans. »

 

N’abandonnez pas et soyez flexible

Pourquoi est-il si difficile pour beaucoup de plus de 50 ans de trouver un emploi ? « Certains employeurs ont en effet la perception que les plus de 50 ans ne sont pas très flexibles. Mais s’ils veulent combler leurs postes vacants, ils n’auront bientôt plus le choix. Les plus de 50 ans ne doivent donc pas se laisser faire. Et peut-être qu’ils devront aussi mettre de l’eau dans leur vin et revoir leurs attentes. Ceux qui ne veulent pas améliorer leurs compétences numériques courent le risque de manquer le coche, d’autres devront céder un peu au niveau du salaire, bien que cela reste une considération personnelle. Mais si vous osez sortir de votre zone de confort et avoir une attitude ouverte et flexible, il n’y a aucune raison que vous ne retrouviez pas un emploi à 50 ans passés. »

Recevez des jobs par e-mail

Vous souhaitez être informé en premier lorsque de nouvelles offres d’emploi sont publiées ? Insérez vos critères et recevez chaque jour ou chaque semaine des offres d’emploi sur mesure !

Recevez des jobs par e-mail

Vous souhaitez être informé en premier lorsque de nouvelles offres d’emploi sont publiées ? Insérez vos critères et recevez chaque jour ou chaque semaine des offres d’emploi sur mesure !

M’envoyer des offres ciblées

Continuer à lire