Seuls 24 % des candidats belges reçoivent une réponse à leur candidature

Seuls 24 % des candidats belges reçoivent une réponse à leur candidature

Même pas un quart des candidats belges devraient attendre une réponse après leur candidature. L’enquête StepStone auprès de 44 500 candidats belges montre également qu’il faut en moyenne 18 candidatures pour obtenir une seule interview. StepStone encourage les employeurs à se mettre à la place du candidat.

 

Le parcours du combattant du candidat belge

Au cours des trois dernières années, StepStone a interrogé 44 500 candidats sur leur recherche d’emploi. L’enquête révèle que seuls 24 % des candidats belges reçoivent une réponse de la part des employeurs dans les 45 jours suivant leur candidature. Bien que la « course aux talents » soit toujours d’actualité, un nombre extrêmement faible de candidats reçoivent une réponse à leur candidature.

Pourtant, 85 % des candidats estimaient avoir un bon profil, voire le profil idéal, pour le poste en question. Ce décalage entre la réponse et le ressenti montre à quel point le feedback de l’employeur peut être important et précieux pour les candidats. Le feedback est en outre un facteur déterminant pour l’image de l’employeur.

 

Moins de réponses en Belgique que dans les pays voisins

En Belgique, nous remarquons une différence entre les populations francophones et néerlandophones. Le nombre de réponses reçues pour les néerlandophones est plus élevé que pour les candidats francophones : 28 % contre 22 %.

À l’échelle internationale, nous constatons également quelques différences notables. Tant les Pays-Bas que l’Allemagne enregistrent de meilleurs résultats en termes de réponses reçues : les Pays-Bas obtiennent 35 % et l’Allemagne impressionne avec ses 52 %. En France, en revanche, les probabilités de recevoir une réponse sont nettement plus faibles : seuls 15 % des demandeurs d’emploi interrogés ont reçu une réponse.

 

18 candidatures font une interview

Après avoir reçu une réponse, le candidat n’est toutefois pas au bout de ses peines. En moyenne, le demandeur d’emploi belge doit postuler à 18 offres d’emploi pour décrocher un seul entretien. Il en va de même pour les Pays-Bas alors qu’en France, le candidat doit postuler 21 fois pour obtenir un entretien. En Allemagne, cependant, le candidat n’aura besoin que de 10 candidatures.

La conversion de ces entretiens en une embauche joue également un rôle crucial. À cet égard, les résultats au niveau international sont relativement similaires : en Belgique, il faut en moyenne 3 entretiens pour obtenir une offre d’emploi. Il en va de nouveau de même pour les Pays-Bas, alors que nos voisins français et allemands n’ont besoin que de deux entretiens.

Graphique 1. Résumé des résultats de l’enquête. Seulement 5,5% des 44 500 candidats reçoivent une interview, 1,6% reçoivent une offre d’emploi et à peine 1,1% l’acceptent.

 

“StepStone encourage les employeurs à se mettre à la place du candidat.”, dit Eva Ba, Customer Experience Manager B2B & B2C.

Eva Ba qui travaille chez StepStone comme Customer Experience Manager B2B & B2C , s’exprime à ce sujet : « StepStone encourage les employeurs à se mettre à la place du candidat: être plus transparent dans le processus de recrutement et donner systématiquement un feedback aux candidats. »

« Nous leur avons même facilité la tâche avec notre outil de gestion des candidatures qui leur permet de personnaliser leurs réponses. Les entreprises doivent revoir complètement leur processus de candidature pour le rendre aussi simple et accessible que possible. »

Même pas un quart des candidats belges devraient attendre une réponse après leur candidature. L’enquête StepStone auprès de 44 500 candidats belges montre également qu’il faut en moyenne 18 candidatures pour obtenir une seule interview. StepStone encourage les employeurs à se mettre à la place du candidat.

 

Le parcours du combattant du candidat belge

Au cours des trois dernières années, StepStone a interrogé 44 500 candidats sur leur recherche d’emploi. L’enquête révèle que seuls 24 % des candidats belges reçoivent une réponse de la part des employeurs dans les 45 jours suivant leur candidature. Bien que la « course aux talents » soit toujours d’actualité, un nombre extrêmement faible de candidats reçoivent une réponse à leur candidature.

Pourtant, 85 % des candidats estimaient avoir un bon profil, voire le profil idéal, pour le poste en question. Ce décalage entre la réponse et le ressenti montre à quel point le feedback de l’employeur peut être important et précieux pour les candidats. Le feedback est en outre un facteur déterminant pour l’image de l’employeur.

 

Moins de réponses en Belgique que dans les pays voisins

En Belgique, nous remarquons une différence entre les populations francophones et néerlandophones. Le nombre de réponses reçues pour les néerlandophones est plus élevé que pour les candidats francophones : 28 % contre 22 %.

À l’échelle internationale, nous constatons également quelques différences notables. Tant les Pays-Bas que l’Allemagne enregistrent de meilleurs résultats en termes de réponses reçues : les Pays-Bas obtiennent 35 % et l’Allemagne impressionne avec ses 52 %. En France, en revanche, les probabilités de recevoir une réponse sont nettement plus faibles : seuls 15 % des demandeurs d’emploi interrogés ont reçu une réponse.

 

18 candidatures font une interview

Après avoir reçu une réponse, le candidat n’est toutefois pas au bout de ses peines. En moyenne, le demandeur d’emploi belge doit postuler à 18 offres d’emploi pour décrocher un seul entretien. Il en va de même pour les Pays-Bas alors qu’en France, le candidat doit postuler 21 fois pour obtenir un entretien. En Allemagne, cependant, le candidat n’aura besoin que de 10 candidatures.

La conversion de ces entretiens en une embauche joue également un rôle crucial. À cet égard, les résultats au niveau international sont relativement similaires : en Belgique, il faut en moyenne 3 entretiens pour obtenir une offre d’emploi. Il en va de nouveau de même pour les Pays-Bas, alors que nos voisins français et allemands n’ont besoin que de deux entretiens.

Graphique 1. Résumé des résultats de l’enquête. Seulement 5,5% des 44 500 candidats reçoivent une interview, 1,6% reçoivent une offre d’emploi et à peine 1,1% l’acceptent.

 

“StepStone encourage les employeurs à se mettre à la place du candidat.”, dit Eva Ba, Customer Experience Manager B2B & B2C.

Eva Ba qui travaille chez StepStone comme Customer Experience Manager B2B & B2C , s’exprime à ce sujet : « StepStone encourage les employeurs à se mettre à la place du candidat: être plus transparent dans le processus de recrutement et donner systématiquement un feedback aux candidats. »

« Nous leur avons même facilité la tâche avec notre outil de gestion des candidatures qui leur permet de personnaliser leurs réponses. Les entreprises doivent revoir complètement leur processus de candidature pour le rendre aussi simple et accessible que possible. »